Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes : le 6 décembre 2018

Le 6 décembre 1989, il y a près de 30 ans, un étudiant armé entrait dans une classe de génie à l’École polytechnique de Montréal, obligeait les hommes à quitter les lieux, assassinait 14 femmes et en blessait 10 autres en clamant qu’il « combattait le féminisme » avant de se suicider.

Ces 14 personnes sont mortes parce qu’elles étaient des femmes, et les femmes du Canada et du monde entier sentent encore les effets de cette tuerie. Pourtant, chaque jour, il y a encore au Canada des femmes et des filles qui font l’objet de violence à la maison, à l’école, au travail et dans leur communauté.

 

Nous savons que nous ne pouvons pas compter sur notre gouvernement « féministe » pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes car il ne cesse de réduire les services publics.

 

Aux paliers national, régional et local, les femmes du SEIC militent inlassablement en :

 

  • Créant dans toutes les régions du SEIC des comités ayant pour mandat de défendre les droits des femmes en milieu de travail;
  • Dressant des plans d’action au cours d’événements tels que notre conférence nationale sur la condition des femmes tenue en novembre 2017, les réunions des comités régionaux et national sur la condition des femmes et les formations;
  • Faisant pression sur les député-e-s fédéraux au sujet de diverses priorités des femmes, y compris la campagne #FautQueCaBouge du CTC;
  • Appuyant les vigiles de Sœurs d’esprit tenues par des femmes autochtones pour sensibiliser les gens aux taux élevés de violence à l’égard des femmes autochtones au Canada;
  • Organisant et participant à des marches, à des rassemblements et à des événements à l’occasion de la Journée internationale des femmes, à des marches « La rue, la nuit, femmes sans peur » et à des marches des femmes de janvier au Canada et dans le monde entier;
  • Organisant et tenant des événements de formation des femmes dans les différentes régions du Canada;
  • Poursuivant, dans le cadre de nos comités et conférences, la sensibilisation à la violence faite aux femmes, à l’équité en matière d’emploi, à la diversité, à l’équité salariale, au besoin de services de garde d’enfants à prix abordable, etc.;
  • Nommant une vice-présidente nationale du SEIC à la condition des femmes chargée de traiter avec l’employeur du harcèlement au travail, de la diversité et de l’équité en emploi à la table nationale où ces questions sont des points permanents à l’ordre du jour.

 

Outre ces activités, le Comité national de la condition des femmes est emballé de suivre le cours sur la violence conjugale qui sera donné par le Congrès du travail du Canada à Ottawa les 8 et 9 décembre 2018, en tant que premier pas en vue de l’instauration d’un programme des intervenantes auprès des femmes au sein du SEIC. De plus, en avril 2019, le SEIC tiendra pour la première fois une réunion commune de ses comités sur l’équité, y compris celui des jeunes travailleuses et travailleurs, pour procéder à une discussion et recevoir une formation sur l’intersectionnalité au sein du mouvement syndical et l’accroissement de la représentation des groupes recherchant l’équité au sein du SEIC.

 

Nous sommes très fières du travail accompli jusqu’à présent et nous avons hâte de continuer à faire progresser l’amélioration de la condition des femmes dans tous les domaines.

 

Le 25 novembre 2018, une campagne internationale appelée 16 jours d’activisme contre a violence faite aux femmes a été lancée. Ces 16 journées ont commencé le 25 novembre, soit la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se termineront le 10 décembre, soit la Journée internationale des droits de la personne. Pendant ces journées, le mouvement syndical et les groupes de femmes de tout le pays tiennent des événements qui contribuent à la campagne pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe.

 

Le Comité national du SEIC sur la condition des femmes a créé une campagne de sensibilisation à mener sur les médias sociaux, vos tableaux d’affichage syndicaux, etc. Nous vous incitons à participer à notre campagne en imprimant l’affiche en format PDF, en y inscrivant un engagement et en le partageant avec le mot-clic #SEIC16Jours. Veuillez faire connaître largement cette campagne et encourager tous les membres à y participer. Nous aimerions que les publications sur les médias sociaux mettent l’accent sur le 6 décembre.

 

Les comités du SEIC sur la condition des femmes participeront à des vigiles dans tout le Canada pour commémorer TOUTES les femmes qui font l’objet de violence fondée sur le sexe. Veuillez participer à une vigile dans votre région le 6 décembre. Le mouvement syndical devrait donner le pas à la lutte contre la violence et le harcèlement fondés sur le sexe. Nous encourageons la pleine participation à ces importants efforts. Les femmes trouvent qu’il #FautQueCaBouge pour mettre fin à la violence faite aux femmes, et elles poursuivront leurs efforts jusqu’à ce que cette violence soit de l’histoire ancienne.

 

Il y a lieu non seulement de commémorer les pertes de vies causées par la violence, mais aussi de passer à l’action. Le Comité national du SEIC sur la condition des femmes vous met au défi de participer à la campagne de sensibilisation susmentionnée. Veuillez faire connaître cette campagne le plus possible et encourager les membres à y participer.

 

#SEIC16Jours

 

Le 6 décembre, les femmes n’oublieront jamais!

 

En toute solidarité,

 

Lynda MacLellan, vice-présidente nationale du SEIC à la condition des femmes, Ouest du Canada
MacLellanL@ceiu-seic.ca

 

Jodi MacPherson, vice-présidente nationale du SEIC à la condition des femmes, Est du Canada

MacPhersonJ@ceiu-seic.ca